A propos des Paradise papers

jeudi 9 novembre 2017
par  Rouge Midi
popularité : 3%

Une déclaration de la CGT 13 que nous partageons pleinement

Le travail de journalistes, unis dans la recherche commune de la vérité sur les mouvements de capitaux met aujourd’hui en lumière les mécanismes déployés par nombre de particuliers ou de sociétés pour…« échapper » à l’impôt au moyen en particulier « d’optimisation » ou « d’évasion » fiscale de placements dans des « paradis » fiscaux. S’il faut saluer, ce que tout le monde fait, la qualité, la somme du travail entrepris, les intentions louables des journalistes qui en la matière font un véritable travail de service public de l’information en lieu et place, comme il se devrait, d’un travail judiciaire diligenté par les politiques qui nous gouvernent, il convient cependant d’examiner les choses d’un peu plus près tant les mots sont dévoyés.

Vous avez dit « paradis » fiscal ?

Mais de quoi nous parle-t-on et qu’est-ce qu’un paradis fiscal ? Le Monde du 8 novembre publie sur le sujet un lexique et on y trouve comme définition « Pays ou territoire où certains impôts sont très bas, voire inexistants, et qui cultive une certaine opacité sur les titulaires des comptes et des sociétés. Leur définition varie selon l’époque et l’organisation qui établit la liste des paradis fiscaux. ». On apprend, par ailleurs dans ce même numéro que pour l’UE aucun des pays membres ne sont des paradis fiscaux et que la liste retenue par Bruxelles se limite à 12 pays.
Donc l’Irlande pourtant siège entre autres de Ryanair ce qui permet à la compagnie de faire de sacrées économies d’impôts n’est pas concernée ?

La Suisse qui taxe les bénéfices déclarés à 5% au lieu de 33% en France et où le secret bancaire est un sport national ne serait donc pas un paradis fiscal ? Cela est d’autant plus surprenant que, depuis 2003, grâce à la loi faite par un ministre des finances nommé Sarkozy, celui-là même qui devenu président jurera plus tard de faire la chasse aux « paradis » fiscaux, grâce à lui donc, une multinationale comme UNILEVER a pu créer une « SUPPLY CHAIN » (GCL en français Gestion de la Chaîne Logistique terme malheureusement absent du lexique du Monde…), la domicilier en Suisse et économiser des dizaines de millions d’euros d’impôts sur les bénéfices réalisés à FRALIB à Gémenos et artificiellement ôtés du résultat de l’entreprise…ce qui servira plus tard comme argument pour justifier la fermeture.
Qu’il s’agisse de Ryanair, UNILEVER pour ne s’en tenir qu’à ces deux exemples, ce qu’il nous faut retenir c’est que ces multinationales ne font rien d’illégal et c’est bien là le problème !

Optimisation, évasion ou fraude fiscale ?

Toujours en partant du même lexique et non d’interprétations spécifiques à la CGT l’optimisation fiscale est l’« utilisation de moyens légaux pour baisser le montant de son imposition, voire y échapper. La Commission européenne a ainsi relevé que les multinationales contribuaient à l’impôt en moyenne à hauteur de 10 % de leurs bénéfices réalisés en Europe, contre 23 % en moyenne pour les autres entreprises. » On parle bien de moyens légaux qui permettent l’évasion. A cela s’ajoute la fraude plus difficile à jauger
Selon Eric Alt, vice-président d’ANTICOR la combinaison de ces 3 mesures représenterait chaque année, rien que pour la France, un manque à gagner entre 80 milliards et 100 milliards d’euros.

S’il s’agit de moyens légaux c’est donc bien sur la loi (et les contrôles pour ce qui concerne la fraude) qu’il faut agir et ne pas laisser croire que ce ne serait qu’affaire d’individus.

Face à ce qui apparait comme un énorme scandale que propose ce gouvernement que l’on n’avait pas encore connu si comique ?
La privation de droits civiques !!!
Ah c’est sûr que pour les actionnaires américains de Google ou hollandais d’UNILEVER ça va être efficace….

Comme le rappelle la CGT on est devant une situation où, «  Afin de réduire ou de ne pas payer l’impôt sur leurs profits, les entreprises font du lobbying auprès des États et ceux-ci mettent en place des dispositifs qui leur permettent d’échapper à l’impôt soi-disant en toute légalité.
Pis encore, ces entreprises profitent souvent de multiples aides et exonérations fiscales et sociales.
Ce qui risque de se traduire d’ailleurs, une nouvelle fois, par un record, en 2018, concernant le crédit d’impôt et divers dégrèvements accordés par l’État aux entreprises ; pouvant atteindre 172 milliards d’euros (…) »

Quel que soit l’adjectif ou le surnom qu’on leur donne, il y a de par le monde, dans ce système économique mondial qui fonctionne selon la loi de la jungle, des pays qui ont des règles, une législation et une histoire différentes. Pour l’instant force est de constater qu’au-delà des déclarations parfois empreintes de bonnes intentions (mais nous le savons « l’enfer est pavé de bonnes intentions ») les instances internationales (FMI et banque mondiale dirigés par les USA, ONU…) ne font concrètement rien pour que les multinationales et les plus fortunés de ce monde soient obligés de contribuer à la construction d’écoles, d’hôpitaux, de services dont les pays ont besoin.

Si en France on veut régler cette question d’une production et d’un échange de richesses au service de la nation il faut (et il suffit) que ce soit la nation et non quelques privilégiés qui soient les propriétaires de ces richesses créées afin qu’elles soient réparties pour le bien de tous. Que l’on appelle cela appropriation sociale, socialisation ou nationalisation, la solution à terme est là.

Dans l’immédiat nous devons agir, comme le dit la CGT, pour qu’« au lieu d’orienter encore plus le système fiscal et social vers la satisfaction des détenteurs de capitaux, l’État opère une véritable réforme fiscale, pour plus de justice sociale et plus d’efficacité économique. »

Avec ce gouvernement, nous le savons bien, seule la mobilisation le permettra et pour cette raison aussi le rendez-vous du 16 novembre prochain est incontournable.



Commentaires

Logo de Charles Hoareau
dimanche 12 novembre 2017 à 17h31 - par  Charles Hoareau

Effectivement j’avais vu ce billet et les remarques pertinentes de l’ami Jean...y compris celle sur le rôle des journalistes, en tous cas pour certains d’entre eux...et nous avions bien remarqué à Rouge Midi qu’aucun journaliste ne pointait la Suisse ou l’Irlande par exemple d’où le passage sur ces deux pays dans le corps du texte...

Logo de Alain Chancogne
samedi 11 novembre 2017 à 11h06 - par  Alain Chancogne

Bien entendu je partage
Mais la saveur du billet de l’ami Jean levy sur son blog est un complémnt utile, selon moi ; qui constitue au sii un bémol par rapport à l’appréciation de RM sur« Le travail de journalistes, unis dans la recherche commune de la vérité sur les mouvements de capitaux »

 ;

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/2017/11/quand-les-medias-decouvrent-ce-qu-ils-appellent-l-evasion-fiscale-des-multinationales-et-des-grandes-fortunes.par-jean-levy.html

"extraIT

Alors pourquoi cette campagne à la UNE des médias ?

Pour montrer la probité des journalistes et leur « rigueur morale » ?

Allons donc : les principaux journaux appartiennent tous à des milliardaires, ceux justement qui utilisent à leur profit les loi, ces lois qu’ils font voter par leurs hommes de paille...Alors, quelle motivation ont les médias : se donner le masque de l’impartialité pour faire gober au public le reste de leur production journalistique ? Certes, mais aussi, face au mécontentement général, ouvrir partiellement quelques vannes et promettre - promis, juré - que ces pratiques sont en voie de règlement, et que la morale va enfin triompher. Nul doute que l’ex-banquier de chez Rothschild, en gîte provisoire à l’Elysée, va nous promettre que grâce à lui, foi de Macron, les banques et la finances ne feront plus dorénavant la loi...

Cependant, il n’est pas indifférent que notre bon peuple pressuré et exploité à plein régime, tire de cette vaste escroquerie légale la conscience que nous vivons dans un empire où les Dassault, les Arnaud, les milliardaires du CAC 40 font la loi. Chacun doit comprendre que cette loi permet aux entreprises de licencier comme Whirlpool pour quérir un salariat encore plus corvéable à l’étranger tout en s’exonérant des impôts et taxes au détriment de leur propre pays, trahissant ainsi l’intérêt national. Les infos en donnent le prix : 20 milliards d’euros l’an ainsi escroqués au budget de la France.

Et ce sont les mêmes qui ordonnent la chasse aux chômeurs, accusés de fraudes !"

Bien vu, selon moi ;
Cordial salut

A.C

Agenda

<<

2021

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur