Comment domestiquer les syndicats ?

dimanche 25 mai 2008
popularité : 2%

Toute ressemblance avec des textes en cours dans d’autres pays est indépendante de notre volonté....

Le gouvernement libéral en Pologne travaille très dur. Il travaille
pour aider le secteur le plus opprimé de la société c’est-à-dire...
le business !

Derniers exemples de cette tendance les projets - encore non
officiels - de la prochaine libéralisation du droit du travail.
L’attaque est dirigée tout d’abord contre des travailleurs dans les
petites entreprises (moins de 10 personnes). Il y a même la
proposition d’une liquidation de la régulation du temps de travail dans ces
entreprises ! L’autre projet concerne les facilités pour permettre aux
entrepreneurs d’imposer aux travailleurs des contrats de travail
atypiques.

Pour le moment ce sont seulement des projets, mais ils ont reçu le
soutien très fort des milieux patronaux.

Mais le plus grand axe
d’attaque est dirigé contre le mouvement syndical. Les grèves
d’occupation, déclarées illégales, seraient très couteuses pour les
syndicats. Les organisateurs devraient payer les amendes aux
entrepreneurs.

Les entrepreneurs proposent aussi de restreindre le droit de grève.
Aujourd’hui pour que la grève soit légale il suffit du soutien d’un
quart du personnel. Les patrons proposent que ce soit la moitié.

Il y a aussi la proposition que seuls les syndicats qui regroupent au
minimum 33 % des personnels puissent négocier avec les patrons.

Très intéressante est l’attitude des grandes confédérations syndicales.
« Les petits syndicats sont mieux considérés dans les médias bien
qu’ils ne sont pas représentatifs. Il faut changer cela. Je suis pour
le pluralisme, mais restreint à trois confédérations, pour que ces
petits syndicats ne puissent pas exister
 » !. Ces mots de Wladyslaw
Kielian de Solidarnosc à Cracovie ont le mérite de la franchise.

Les grandes
confédérations ont un très grand problème avec la baisse du nombre
d’adhésions. En plus, toutes les dernières grandes protestations de
travailleurs ont été organisées par ces "petits" syndicats (comme par
exemple par le Syndicat Libre "Aout 80" dans le Tesco ou dans la mine
Budryk).

Le ministre de l’économie informe que les résultats des négociations
entre les grands confédérations et les patrons au sein de la
Commission tripartite, seront présents dans le projet officiel du
gouvernement. Les négociations devraient être closes à la fin de
juin.

Devant cette situation le Syndicat Libre "Aout 80", le plus actif de ces
"petits" syndicats, a appelé à une manifestation le 20 juin à
Varsovie pour la défense des libertés syndicales, la
hausse du salaire minimal et la défense du système de préretraite.
Cette action a déjà reçu le soutien des syndicats de pêcheurs et
celui des cheminots.

*Dariusz Zalega* transmis par JP Page



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur